Description du projet

Antoine Burret

Socio-anthropologue, co-créateur de la Poc Foundation et de Movilab

« Movilab […] s’appuie sur l’innovation sociétale que l’on voit en pratique dans les Tiers-Lieux et dans les modèles de créations collaboratifs. Le but est de créer une base de données respectueuse des 4 libertés du logiciel libre afin de générer de nouvelles opportunités tout en facilitant la conversion vers des modes de vie durables.»

 

Innovation Sociétale

La démocratisation des technologies, couplée à la hausse du chômage et à l’instabilité croissante de l’emploi, ont changé le rapport au travail. L’indépendance et l’auto-entreprenariat se renforcent, et l’on aboutit finalement à une nouvelle façon de concevoir le travail : le coworking. Mais cette dynamique n’a pas de raison de s’arrêter au seul monde du travail : elle s’applique également au modèle de création de nouveaux services ou à l’amélioration de notre qualité de vie. Ce qui sous-tend le coworking : la mutualisation des ressources, les règles de partage et de travail collaboratif… en un mot, le libre, peut s’appliquer à l’ensemble des domaines du quotidien, au travers des Tiers-Lieux Open Source.

Un Tiers-Lieu Open Source est constitué de 5 strates :

  • Des individus aux compétences, aux ambitions et aux responsabilités différentes ;
  • L’espace physique, un lieu de rencontre où des ressources matérielles sont mutualisées, qui incarne le projet ;
  • Des informations et de la documentation libre et partagée, au sein du lieu et à l’extérieur avec le réseau des tiers-lieux ;
  • Des services de bases, qui découlent du mélange entre les trois strates précédentes : formation, coworking, atelier de fabrication, laboratoire média…
  • Des règles qui codifient le partage des savoirs et la création de biens communs.

Ce modèle peut se reproduire dans tous les contextes urbains ou ruraux, avec à chaque fois des services spécifiques adaptés à l’environnent : entreprise, quartier en développement, zone urbaine sensible, copropriété… qui peuvent permettre d’outrepasser la diminution et le désajustement des services publics. Le Tiers-Lieu ainsi défini est une dynamique de vivre-ensemble, un milieu de vie et de production à l’heure des humanités digitales, capable d’héberger, mais aussi de faire naître, les services de demain ainsi que les démarches d’entreprenariat de soi qui se généralisent.

«Un Tiers-Lieu, c’est l’exploration d’un autre contrat social, un milieu de vie et de production à l’heure des humanités digitales. »

 

0%
des français pensent que l’économie collaborative est le mode de consommation du siècle
0%
des entreprises françaises utilisent des logiciels open source en 2013
0%
des travailleurs seront indépendants en 2025

L’économie du libre

Dans un contexte d’économie collaborative et numérique, l’usager devient contributeur et la diversité du public permet la création d’une multiplicité de services. Le Tiers-Lieu canalise les ressources du territoire, et en donnant accès aux ressources immatérielles (Bigdata, Opendata), il permet leur transformation en services. Chacun peut contribuer aux savoirs des autres et les exploiter en termes de services. En se basant sur des ressources communes et partagés, il se crée plusieurs modèles économiques, permettant de dépasser les crises et d’implanter des alternatives écologiques, sociales et économiques. Le Tiers-Lieu devient un écosystème de création où les habitants peuvent réaliser leurs projets dans une logique de partage, d’entraide et de respect mutuel.

« Les Tiers-Lieux transforment les savoirs en actions »

 

La logique de partage active au sein des Tiers-Lieux Open Source permet également d’optimiser les savoirs : si chacun partage rigoureusement une compétence ou une information, il est plus facile d’assembler les ressources nécessaires pour mener à bien un projet, de l’idéation au déploiement en passant par le prototypage. Les Tiers-Lieux sont ainsi des catalyseurs transformant les savoirs en actions.
Cependant, cette logique ne peut se pérenniser qu’en présence de règles de conduites claires. Sans cela, on reste sur un système de gagnants et de perdants. C’est là toute l’importance du système des licences libres, dont l’esprit s’applique à tous les échanges au sein du Tiers-Lieu. Dans ce cadre, ces espaces peuvent devenir les lieux d’émergences de nouveaux modèles sociaux et économiques, qui préservent le fragile équilibre entre intérêt général et intérêt particulier, entre public et privé, grâce au libre. Comme le reflète le modèle économique de ces espaces : 1/3 public, 1/3 privé, 1/3 contributif.

Logo L

l’info en +

Que vous soyez élu, investisseur privé ou lorem ipsum dolor… vous souhaitez dynamiser votre quartier, valoriser vos bureaux…

« Les Tiers-Lieux sont les lieux d’émergence de solutions endogènes de développement. »

 

Aujourd’hui encore marginal, le phénomène des tiers-lieux est en croissance exponentielle. Les formes actuelles de ces espaces sont une réponse aux différentes crises qui touchent les organisations. Faire évoluer ensemble et dans un cadre approprié des individualités sociales, culturelles, disciplinaires différentes génère des solutions inédites. Spontanément et sûrement, une dynamique endogène de développement se consolide, pour peut-être devenir un jour la nouvelle norme.